15 février 2022

VGP sur la Chargeuse LIEBHERR L580 Timber dans une scierie

SecuriTP a réalisé une VGP originale ce mois-ci ; Il s’agit de la chargeuse LIEBHERR L580 Timber qui était équipée de sa pince à bois, dans une scierie.

La chargeuse LIEBHERR L580 Timber

La chargeuse LIEBHERR L580 Timber est configurée avec plusieurs plages de vitesses élevées, ce qui fait d’elle un engin parfaitement adapté à la manutention de bois. Elle est équipée d’un bras de levage qui accède à de grandes hauteurs et réalise des portées élevées. L’accessibilité des grandes hauteurs par le bras de levage permet la manipulation et le levage des troncs d’arbres. La chargeuse L580 est généralement utilisées pour charger et décharger des camions, alimenter les installations d’écorçage et de trie et manutentionner le transport de grumes sur des empilements de grande hauteur. 

La pince à bois

La pince à bois, appelée également le grappin forestier, est utilisée pour saisir et transporter des rondins. Elle est équipée d’une tête rotative massive pour positionner correctement et avec précision les rondins. Les grappins sont disponibles avec différentes formes de coquilles pour transporter de grandes quantités de rondins ou des troncs individuels. Le tronc est encerclé par les deux marchoirs de la pince, qui peut également charger des branchages, de la broussaille, des branches, des arbustes et du bois de chauffage avec ses bras préhenseurs.  

La VGP

La chargeuse fait partie des engins de terrassement, la VGP pour cette chargeuse doit donc être réalisée une fois par an.

Les vérifications lors de la VGP sont limitées aux parties visibles et aux éléments accessibles par démontage des carters ou capots. Elles concernent notamment :

a) La vérification visuelle de l’état physique du matériel :

  • Stabilité de la machine et de ses équipements (fixation des éléments qui pourraient tomber ou être projetés) ;
  • Fixation des éléments de protection ;
  • Etat des matériaux (notamment détection des fissures, déformations et oxydations anormales) ;
  • Etat de propreté (notamment accumulation de poussières, de déchets, de copeaux) ;
  • Etat des filtres et des échappements ;
  • Etat des liaisons et des raccordements électriques, hydrauliques et pneumatiques.

b) La vérification des éléments fonctionnels concourant au travail par des essais de fonctionnement :

  • Présence et fonctionnement des dispositifs de protection dans tous les modes de fonctionnement ;
  • Caractéristiques anormales de fonctionnement (notamment bruit, vibrations, température, chocs) ;
  • Fonctionnement des dispositifs d’arrêt automatiques ou à actionnement volontaire ;
  • Fonctionnement des dispositifs d’arrêt associés à une fonction de protection.

c) La vérification des réglages et des jeux :

  • Niveau des fluides ;
  • Pression d’air, d’huile ;
  • Etat des ressorts (notamment dans les dispositifs de freinage et d’embrayage) ;
  • Appréciation des jeux anormaux dans les organes mécaniques de commande ;
  • Etat des pièces d’usure (notamment garnitures de freins et d’embrayage) ;
  • Réglage des fins de course.

d) La vérification de l’état des indicateurs :

  • Etat des appareils de mesure (notamment manomètres, thermomètres, tachymètres) ;
  • Etat des dispositifs de signalisation (notamment voyants et inscriptions).

Source : Arrêté du 5 mars 1993 soumettant certains équipements de travail à l’obligation de faire l’objet des vérifications générales périodiques prévues à l’article R. 233-11 du code du travail

Vous souhaitez réaliser votre VGP ? Contactez-Nous !